BAZAR D’histoires..

23 janvier 2009

Souvenir d’école (thème des impromptus littéraires)

Publié par ederlezi7 dans Non classé

 

53 fois 5 = 264

Non!

53 fois 5 = 265 !

Je trace un grand 265 et je barre d’un trait mon 264.

Mmouais. L’erreur se voit encore et ça pourrait prêter à confusion…

J’ajoute un gribouillis. C’est plus sûr.

De loin – et même de près – on dirait une mouche écrasée. (Ironie du sort, quand je veux dessiner une mouche je n’y parviens jamais). Je colorie l’intérieur de ma mouche-gribouillis, et j’obtiens … une autre mouche. Plus foncée certes, mais sur un contrôle de maths, je ne suis pas sûre qu’une mouche foncée soit plus à sa place qu’une mouche mouchetée.

Je trouve alors intelligent et même très rusé de transformer la mouche en en un joli rond. C’est ainsi que la mouche devient une tâche, que la tâche devient un pâté et que pour finir, le pâté empiète sur le 265 qui n’avait rien demandé.

Arrggghh.

Branlebas de combat dans ma trousse, je repousse quelques stylos hors d’usage, une demi-douzaine de capuchons orphelins, je farfouille par ici, je farfouille par là, soulève un vieux mouchoir chiffonné…une boucle d’oreille et quelques barrettes….et de ce fatras infernal, j’extirpe enfin mon sauveur, l’ennemi juré de toutes les maîtresses = le « blanc correcteur ».

En l’ouvrant, je fais voler une pluie de particules toutes blanches et toutes sèches : sur moi, sur ma table, par terre et sur mon voisin. °°Bof, je nettoierai après°°. Ou plutôt non, dans une minute j’aurai oublié. Je le sais bien, je me connais.

Mais là, franchement, je m’inquiète pour autre chose : mon plan de secours s’annonce très moyennement opérationnel. Y a qu’à voir ce pauvre pinceau : il est désespérément sec, aussi ébouriffé que moi quand je me réveille. Et je connais l’ topo, le pinceau va faire scrrich scrrich sur le papier sans rien corriger du tout. Je tente donc de le replonger dedans, histoire de ne pas abandonner si près du but. Essayez donc de faire entrer un hérisson dans une boîte d’allumettes et vous aurez une idée de ce que nous endurons lui et moi. Mon petit poing rageur s’énerve, le pinceau aussi (il est plus en pétard que jamais) quand au bout du compte, froissé, tordu, meurtri, ouf! Il est rentré.

Heureusement, secouer c’est plus facile.

flop flop flop. °°J’aime bien ce bruit°°. Flop flop flop flop.

Le pinceau réapparait, noyé dans ce qui devrait être un liquide mais qui en l’occurrence n’est rien d’autre qu’une pâte épaisse et hésitante. Oui, oui, hésitante : on dirait qu’elle se demande si elle doit s’accrocher coûte que coûte ou se laisser couler mollement. Ce n’est pas bon signe mais ça ne m’empêche pas d’étaler consciencieusement l’épaisse mixture sur ma rature. Le blanc se mélange au noir et voilà, j’ai enfin réussi une parfaite …fiente de pigeon. Beurk.

J’en remets une couche.

Sans étaler cette fois.

Et je souffle.

Une fois,

deux fois,

puis dix, puis quinze

Aaaah! C’est blanc de blanc cette fois! Volumineux, granuleux, mais blanc. Et ça ne sèche toujours pas. Apparemment, 5 millimètres de pâte correctrice, ça sèche pas si vite que ça.

Allez tanpis! je pose l’opération suivante parce que dans tout ça, j’ai perdu 10 précieuses minutes.

256

- 67 ….

———–

Arrggggghhhh ! ! ! ! ! ! Meerdeu !

Je dis merde dans ma tête. Dans ma tête, j’ai le droit et je ne m’en prive pas. Je vois pas pourquoi les enfants n’auraient pas le droit de se défouler aux aussi. Surtout quand leur main gauche vient de ratisser un camouflage bâti à la sueur de leur front !

Il paraît que j’ai de la chance de ne pas être une « gauchère contrariée ». Comme si c’était pas « contrariant » de toujours faire attention à ne pas passer sa main sur ce qu’on vient d’écrire.

En attendant, le blanc s’est imprimé sur ma peau alors que sur le papier réapparaît…. ben oui, la fiente. Encore plus visible et plus vilaine que tout à l’heure. Mais à la réflexion, elle se marie assez bien avec les traînées grises que ma maudite main gauche a parsemé un peu partout sur mon cahier.

Alors contrariée, je crois que je le suis. Et pas qu’un peu. Et le merdeu que j’ai pensé très fort, je crois que je ne l’ai pas volé. D’ailleurs, j’ai bien fait, parce que maintenant que je me suis fâchée, ce qui m’avait échappé jusque là s’impose à moi très, très calmement :

Les chiffres, les opérations, les plus, les moins et tout le tralalala, j’aime pas, mais alors, vraiment pas. Ca me donne le cafard et la migraine en même temps.

Alors à quoi ça sert de se faire des cheveux blancs, à 8 ans, pour une matière aussi pénible ? Hein, franchement ?

En fait, il serait peut être temps que je devienne une gauchère un peu moins contrariée… m’en vais contrarier les droitiers, tiens. Laisser tomber les maths et le soin, ça me semble être un bon début….

Une Réponse à “Souvenir d’école (thème des impromptus littéraires)”

  1. aline dit :

    C’est sans conteste l’écrit qui pour le moment remporte ma préférence…
    Evidemment, le ton me plait particulièrement ( tu connais mon goût pour l’humour) et l’expression « faire rentrer un hérisson dans une boîte d’allumettes » est tout simplement savoureuse ( j’ai le sourire à chaque fois que je la prononce tellement je me représente la scène, pauvre animal!).
    Mais peut être que mon inclination s’explique surtout parceque je te revois toi à 8 ans…

Laisser un commentaire

"A chacun son chat" |
ANTES QUE LAS PALABRAS SEAN... |
Amelie Lallement |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | le club lecture
| Asenflul d uswingem
| princessefaroseskyblog